Sélectionner une page

Je prends des photos depuis que je suis en âge de tenir un appareil dans mes mains.

J’ai trop longtemps contenu cette passion à la périphérie de ma vie.

Une première vie en 24 images/seconde

Mes études, mon travail et mes passions ont toujours eu un fil rouge : l’image. J’ai étudié pendant huit ans le cinéma, depuis le lycée jusqu’en master à l’université. Je me suis peu à peu intéressée au cinéma documentaire en particulier, et j’ai mené trois ans de recherche sur l’œuvre du cinéaste franco-cambodgien Rithy Panh, victime du régime khmer rouge et fer de lance d’un mouvement de réparation sociale et culturelle. Là encore, c’est la question de l’usage et du pouvoir des images qui a fondé ma réflexion : après un génocide, comment l’image fixe ou animée – et l’archive en particulier – peut permettre une ré-humanisation des hommes, une reconquête de leur dignité, et enfin un cheminement vers la création qui constitue la meilleure réponse à l’anéantissement.

L’image engagée, la belle image

Mon approche de la photographie mélange un goût pur pour l’esthétique, donc le plaisir visuel, et une nécessité de créer et de défendre des images engagées et utiles au monde. C’est souvent la grande question qui divise notre société imbibée d’images. J’ai l’espoir de conjuguer les deux, et ma pratique s’en ressent : des grands espaces américains aux portraits de chibanis, de la faune sauvage en danger au chat étendu au soleil, mon objectif tente de capturer la beauté et la fragilité du sujet. Une fragilité que l’image a le devoir de mettre en lumière pour y remédier. Et c’est ce qui se cache derrière mon logo : la beauté fragile d’un cerf sauvage, c’est la photographie merveilleuse et engagée tout à la fois.

En voie de professionnalisation

Je suis donc en phase de professionnalisation. J’apprends tous les jours et je pratique beaucoup, sur tous les sujets. Je me laisse le temps de déterminer ma « patte » et mes domaines de prédilection. Je constitue patiemment le parc de matériel le plus adapté à ma pratique et je mets en place mon statut professionnel : je suis donc disponible pour tous vos évènements publics (spectacles, concerts) mais aussi privés (anniversaires, portraits de famille, d’animaux, etc). 

Parallèlement, je voyage beaucoup dans le cadre des Doogies Trippers et je me dirige vers une pratique photographique qui correspond à ce mode de vie : nature, paysages et faune sauvage, portraits au fil des rencontres, mais aussi séries thématiques sur des thèmes porteurs de sens pour moi (peuples premiers, enjeux écologiques, injustices sociales, histoire oubliée, mondialisation effrénée…).

error: Ce site est protégé, merci de respecter la propriété de ces photographies